Projets


Le programme HORIZONT3000 Sénégal (« La sécurité alimentaire et nutritionnelle ») couvre huit projets et se propose de contribuer efficacement à l’atteinte de la sécurité alimentaire des populations rurales du Sénégal dans les régions de Kaolack, Thiès, Fatick, Kaffrine, Tambacounda et Kolda.

ALPHADEV

ASSANAF - Projet d‘Amélioration de la Situation de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle par l‘Alphabétisation Fonctionnelle avec l’approche Reflect


Pays : Sénégal
Numéro du projet: P-19-904
Secteur: Développement Rural – Gestion de Ressources Naturelles
Code de CAD: 43040
Durée du projet: 01.01.2019 – 31.12.2022
Organisation partenaire: ALPHADEV
Couts du projet: 184.834 EUR
Coordination Programme Senegal: Jasmin Thomas
Coordination locale: Ismael Ndao
Financé par:

Organisation partenaire
Depuis sa création en 2003, l’ONG ALPHADEV, sise à Malika, est devenu un leader dans la promotion socio-économique des femmes et des jeunes issus de milieux défavorisés. Garce à ses programmes d’Alphabétisation à travers l’approche REFELCT, ALPHADEV contribue à la promotion du développement durable à la base, à l’autonomisation des communautés et à la réduction de la pauvreté. La collaboration avec HORIZONT3000 a débuté en 2016, ALPHADEV travaille avec tous les partenaires du programme Sénégal sur le sujet de l'alphabétisation fonctionnelle et le genre.

Objectives du projet et groupes cibles
Le projet fait partie du Programme Senegal

Objectif général: Contribuer durablement à l’amélioration de la situation de sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages dans les régions de Kaolack, Kaffrine, Fatick, Tambacounda, Kolda et Thiès à l’horizon 2022

Objectif spécifique: Renforcer les compétences et capacités techniques, organisationnelles et financières des ménages avec une meilleure intégration de la dimension genre dans les régions de Fatick, Kaolack, Kaffrine, Tamba, Kolda, Thiès à l’horizon 2022.

Bénéficiaires directs: il s’agit 1.095 bénéficiaires comprenant des femmes, des hommes, des adultes et des jeunes généralement actifs et issus de ménages pauvres en milieu rural et âgés de plus de 15 ans. 50% des bénéficiaires seront constituées de femmes, 22% de filles, 20 de garçons et 8% d’hommes.

Bénéficiers indirects: 10.950 individus dont 4600 femmes, 2100 filles, 4000 hommes et 380 garçons dans les zones d’interventions des partenaires dans les régions Fatick, Kaolack, Kaffrine, Tambacounda, Kolda, Thiès

Description du Projet
Pour cette seconde phase 2019-2022, ALPHADEV entend poursuivre cette dynamique dans les régions de Kaolack, Thiès, Fatick, Kaffrine, Kolda et Tambacounda. Son intervention se fera avec les organisations partenaires et s’articule autour de trois axes majeurs :

1) La consolidation et le maintien des acquis des 13 CERCLES de la Phase 1
Il s’agira de promouvoir un environnement lettré riche et diversifié, le renforcement des capacités de relais et des membres de comité de gestion, le réseautage des comités de gestion

2) Elargissement de l’accès au projet ASSANAF/Reflect
Il reposera essentiellement sur l’établissement d’une situation de référence dans les zones d’intervention, l’ouverture de 14 nouveaux cercles, l’identification et la formation de superviseurs locaux pour assurer le suivi de proximité des cercles. Les facilitateurs/trices bénéficieront d’une session de formation avec des modules axés sur les thématiques abordées par le programme pays. L’autre élément important est la production de guides et supports pédagogiques en langues nationales.

3) Prise en compte de la dimension genre
A travers la mise à œuvre du projet, il s’agira de réduire les inégalités constatées dans les milieux d’intervention entre les hommes et les femmes. Ces inégalités sont perceptible à plusieurs niveaux.

Résultats attendus et activités
Résultat 1: Les ménages disposent de compétences et de techniques pour augmenter leurs revenus
Les ménages seront alphabétisés et formées en entreprenariat particulièrement en management et gestion, selon une approche genre. De façon plus spécifique, les ménages seront capables d’identifier les opportunités socio-économiques, d’élaborer des projets viables, de maitriser les rôles et responsabilités des membres du comité de gestion, de planifier les activités économiques et d’utiliser les outils de gestion

Résultat 2: Les capacités d’action des femmes et des jeunes sont renforcées pour une meilleure participation dans les instances de décisions
Il s’agit d’organiser des sessions de formations pour les femmes et les jeunes cibles pour mieux les outiller en compétences / capacités pour une professionnalisation de leurs activités. Le renforcement des capacités d’action des femmes et des jeunes facilite la prise de conscience de leurs compétences et favorise une meilleure implication de celles-ci aux cadres de concertation et instances de décision et gestion du pouvoir.

Résultat 3: Les compétences en gestion des savoirs d’ALPHADEV sont renforcées
Par une recherche-action dynamique et inclusive, ALPHADEV va s’inscrire son action dans une démarche de gestion des savoirs. Il s’agira de doter l’équipe d’ALPHADEV d’outils et compétences indispensables à la production de savoirs tirés de la pratique de terrain. Le modèle d’alphabétisation développé sera documenté et enrichi en vue de son partage avec toutes les parties prenantes. La production de supports, guides et fiches techniques en lien avec les thématiques du programme sera au cœur de notre intervention. Les données fournies seront partagées avec les autorités en charge de l’Education de Base des Jeunes et des Adultes en vue de leur intégration dans les statistiques nationales.

APROVAG – Association de Producteurs de la Vallée du fleuve Gambie

PRADER III - Programme de Renforcement de l’Agriculture Durable à travers l’Entreprenariat Rural


Pays : Sénégal
Numéro du projet: P-19-908
Secteur: Développement Rural – Gestion de Ressources Naturelles
Code de CAD: 43040
Durée du projet: 01.01.2019 – 31.12.2022
Organisation partenaire: APROVAG
Couts du projet: 366.809 EUR
Coordination Programme Senegal: Jasmin Thomas
Coordination locale: Ismael Ndao
Financé par:

Organisation partenaire
L'organisation APROVAG (Association de Producteurs de la Vallée du fleuve Gambie) a été créée en 1988 et est active dans les communes rurales de Missirah, Dialacoto et Nétéboulou dans la région de Tambacounda. Les membres directs d'APROVAG sont les producteurs de bananes (728 actuellement, dont 36 % de femmes) et le conseil d'administration comme la direction sont élus parmi les producteurs. Les différentes équipes de projet comptent 22 personnes, dont 6 femmes. Le soutien et la légitimité vis-à-vis des groupes cibles sont très élevés. HORIZONT3000 travaille avec APROVAG depuis 2013.

Objectives du projet et groupes cibles
Le projet fait partie du Programme Senegal

Objectif général: Contribuer durablement à l’amélioration de la situation de sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages dans les régions de Kaolack, Kaffrine, Fatick, Tambacounda, Kolda et Thiès à l’horizon 2022

Objectif spécifique: Les ménages de l’arrondissement de Missirah améliorent durablement leur situation de sécurité alimentaire à l’horizon 2022

Bénéficiaires directs: 1.250 personnes (dont 650 femmes) Ce sont les producteurs et productrices membres des GIE de APROVAG. Elles sont composées de personnes de tout âge et sexe.
Bénéficiers indirects: les populations rurales de l’arrondissement de Missirah estimées à plus de 15.000 personnes réparties dans les communes de Missirah, Nétéboulou et Dialocoto.

Description du Projet
Dans les projets précédents, les membres de la Fédération étaient soutenus par des investissements dans la production et la transformation de la banane (formation sur les pratiques biologiques, les systèmes d'irrigation, les usines de conditionnement, les unités de transformation, etc.).

Aujourd'hui, les producteurs d'APROVAG produisent des bananes biologiques de qualité et ce sont les seuls dans le pays emballant et vendant leurs bananes dans des boîtes. Dans cette nouvelle phase du projet, APROVAG vise avant tout à consolider les investissements déjà réalisés, ainsi que les connaissances acquises, et à aider les producteurs à assumer davantage de responsabilités et à mieux exploiter leur potentiel. S'agissant de l'objectif de la sécurité alimentaire, il conviendrait de mettre davantage l'accent sur la diversification des cultures et des revenus, ainsi que sur une alimentation saine.

Tambacounda est également aux prises avec les effets du changement climatique (les températures maximales sont de 30 degrés toute l'année). Un élément important du projet est donc la sensibilisation et la diffusion de pratiques d'adaptation aux effets du changement climatique, ainsi que de mesures environnementales.

Résultats attendus et activités
Résultat 1: Les exploitations familiales produisent suffisamment de façon durable
Renforcement des capacités techniques et organisationnelles des producteurs, Diversification et intensification de la production, Promotion de l’agroécologie

Résultat 2: Les communautés ont augmenté leur capacité de résilience face aux changements climatiques
Renforcement des capacités techniques et de gestion des Ressources Naturelles, Promotion des stratégies d’atténuation et d’adaptation aux changements climatiques

Résultat 3: Les ménages augmentent leurs revenus de façon durable
Renforcement des capacités techniques et de gestion, Promotion de l’entrepreneuriat agricole et rural, Promotion de l’alphabétisation fonctionnelle

Résultat 4: Les ménages ont adopté de meilleures pratiques alimentaires et nutritionnelles
Renforcement de capacités techniques et organisationnelles, Valorisation des produits locaux, Promotion d’une nutrition saine

CAREM - Coordination des Actions pour la Restauration des Ecosystèmes Mangroves

RECARC II - Renforcement des capacités d’adaptation et de résilience des communautés


Pays : Sénégal
Numéro du projet: P-19-906
Secteur: Développement Rural – Gestion de Ressources Naturelles
Code de CAD: 43040
Durée du projet: 01.01.2019 – 31.12.2022
Organisation partenaire: CARITAS Kaolack
Couts du projet: 252.586 EUR
Coordination du Projet à Vienne: Jasmin Thomas
Coordination au bureau de HORIZONT3000 Dakar: Ismael Ndao
Financé par:

 

Organisation partenaire
CAREM est une association travaillant à Fimela (région de Fatick) et qui a été fondée en 1998 à partir d'un ancien groupe de femmes scoutes attachées au sujet de la reforestation des mangroves. Actuellement, l'association est composée de 45 groupes (dont 43 sont des groupes féminins) avec environ 800 membres. La collaboration avec HORIZONT3000 existe depuis 2014.

Objectives du projet et groupes cibles
Le projet fait partie du Programme Senegal

Objectif général:  Contribuer durablement à l’amélioration de la situation de sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages dans les régions de Kaolack, Kaffrine, Fatick, Tambacounda, Kolda et Thiès à l’horizon 2022

Objectif spécifique: Les ménages ont renforcé durablement leurs capacités de production, d’amélioration de la situation alimentaire et de résilience dans l’arrondissement de Fimela.

Bénéficiaires directs: 1.555 ménages agricoles dans les communes de Fimela, de Djilass et Loul Séssène, les microentreprises et les femmes auditrices d’alphabétisation fonctionnelle sont inclues dans les ménages cibles

Bénéficiers indirects: 1 association des chefs de villages niveau arrondissement, 2 UAVDs des trois communes, 53 AVDs, 45 organisations membres de la CAREM (GPF, G.I.E, association des éclaireuses et éclaireurs du Sénégal), UGPF (union des groupements de producteurs de Fimela) 400 riziculteurs, 500 producteurs maraichers individuels ou organisés dans les trois communes, 655 producteurs céréaliers, UBEP (union pour la biosphère, l’environnement et le pastoralisme) 14 microentreprises de production, 3 cercles reflet alpha, 1 plateforme locale changement climatique

Description du Projet
Dans un premier temps, le projet RECARC II visera à consolider les acquis du projet précédant et se concentrera plus particulièrement sur les activités agricoles et environnementales, telles que la participation des communautés aux activités environnementales, les stratégies d'adaptation aux effets du changement climatique, des aménagements et des réfections hydro agricoles pour la riziculture, la production de mil Souna3 (une espèce de mil mieux adaptée aux conditions climatiques) ainsi que le renforcement de la production légumière.

Un nouvel accent sera mis dans la prochaine phase sur le renforcement des petites entreprises rurales. Bien qu’il y ait déjà eu quelques premières expériences dans le projet précédant – les femmes de l’unité de transformation de Djilor ont réussi à transformer des fruits et des céréales - mais cette approche devrait devenir plus systématique.

Le lien entre les petites entreprises et l'alphabétisation fonctionnel - en particulier pour les femmes - devrait être encore renforcé. CAREM souhaite également aider les femmes et les jeunes à trouver leur place dans diverses organisations de la société civile.

Résultats attendus et activités
Résultat 1 : Meilleur implication des femmes et des jeunes dans les instances de décision des organisations de la société civile:
La connaissance de ses droits, devoirs et responsabilités peut permettre à la société d’accroitre sa participation dans le processus de développement durable. Ainsi les questions liées à l’accès à la terre, aux droits de propriété seront bien maitrisées par elle –même. Il s’agit en quelque sorte de donner beaucoup plus de capacités techniques aux populations à pouvoir faire face aux manipulations et autres types de spéculations. L’essentiel des activités de résultat est composé de formations et rencontre avec les populations. Les activités ci-dessous seront développées dans le cadre de ce résultat.

Résultat 2 : Les ménages cibles produisent suffisamment de nourriture de façon durable:
Dans ce résultat, le rôle du projet sera d’appuyer les producteurs à augmenter leurs aptitudes de production afin de disposer de suffisamment de produits alimentaires et nutritionnels. Pour rendre possible ce souhait, le projet devra soutenir les producteurs en semences, leur renforcer les capacités techniques, réfectionner les vallées pour la production de riz et d’organiser des rencontres de concertations avec les producteurs

Résultat 3: Les ménages cibles augmentent durablement leurs revenus:
Etant entendu que la sécurité alimentaire nécessite une disponibilité de ressources financières, il est utile voir très indispensable que les producteurs et micro-entrepreneurs aient la possibilité d’augmenter leurs activités. L’appui en financement et les formations prévues leurs permettra de développer et de renforcer leurs activités afin d’augmenter leurs revenus

Résultat 4 : Les communautés deviennent plus résilients face à la dégradation de l’environnement et aux impacts négatifs des changements climatiques:
Ce résultat ainsi formulé invite à restaurer l’environnement par la mise en oeuvre d’activités de reboisement, de la RNA, la mise en place d’instruments de contrôle et de gestion des ressources naturelles. Il est prévu également des formations et rencontres avec les populations afin de mieux les organiser.

Résultat 5: Les ménages cibles ont adopté de bonnes habitudes alimentaires et nutritionnelles
Ce résultat concerne les thèmes transversaux du projet à savoir le VIH/SIDA, la Nutrition, les plantes médicinales et l’alphabétisation fonctionnelle. Le travail à accomplir sur ces thèmes est entre autres d’apporter des conseils en santé communautaire aux populations, de lutter contre la propagation du VIH/SIDA, la malnutrition infantile ensuite de faire la promotion des plantes médicinales pour permettre aux populations de pouvoir se soigner à moindre cout

Résultat 6 : DECA Les capacités institutionnelles et managériales de la CAREM renforcées

CARITAS Kaolack

RESECAL III – Renforcement des capacités et sécurité alimentaire


Pays : Sénégal
Numéro du projet: P-19-903
Secteur: Développement Rural – Gestion de Ressources Naturelles
Code de CAD: 43040
Durée du projet: 01.01.2019 – 31.12.2022
Organisation partenaire: CARITAS Kaolack
Couts du projet: 506.280 EUR
Coordination du Projet à Vienne: Jasmin Thomas
Coordination au bureau de HORIZONT3000 Dakar: Ismael Ndao
Financé par:

 

Organisation partenaire
Caritas est une ONG de l’église catholique du Sénégal créée en décembre 1981 dans le diocèse de Kaolack au Sénégal. Son objectif spécifique est de « renforcer les capacités des personnes et des groupes à promouvoir un développement responsable, intégral et solidaire » D’une équipe purement hydraulique à ses débuts (réalisation de forages, puits, aménagements de surface, adductions d’eau), CARITAS, pour répondre à sa mission de sauver l’homme de tout ce qui entrave son épanouissement, s’est muée en une équipe pluridisciplinaire intervenant dans divers domaines du développement et de la promotion humaine, tels l’agriculture, la gestion des ressources naturelles, l’appui technique aux organisations paysannes, la micro finance, l’assainissement, la bonne gouvernance, l’éducation environnementale, l’allègement des travaux des femmes, la création de richesse, les travaux de génie (civil, mécanique, chimique). Tous ces domaines sont soutenus par des actions de renforcement de capacités à travers notamment les centres de formation agricole et rurale ainsi que de l’appui aux personnes victimes de calamités naturelles et humaines.

Objectives du projet et groupes cibles
Le projet fait partie du Programme Senegal

Objectif général:  Contribuer durablement à l’amélioration de la situation de sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages dans les régions de Kaolack, Kaffrine, Fatick, Tambacounda, Kolda et Thiès à l’horizon 2022

Objectif spécifique: Les ménages de la zone de Toubacouta, ont amélioré leur niveau de sécurité alimentaire et nutritionnelle, grâce à une valorisation durable des ressources locales à l’horizon 2022

Bénéficiaires directs: 42.698 personnes dans les Communes de Toubacouta, Keur Saloum Diané, Nioro Alassane Tall, Keur Samba Guèye, Karang
Les élus locaux des cinq 5 communes, Les CAC ou Cadres d’alliance et de concertation, organisations communautaires de base, les groupements de producteurs, à savoir les maraîchers, les transformateurs des produits agricoles, les apiculteurs, les autres regroupements autour de centres d’intérêt commun, comme les apprenantes et relais des classes d’alphabétisation, les membres des comités de gestion des ressources naturelles, des dispositifs de sécurité alimentaire et nutritionnelle (warrantage, greniers de l’enfant, de prévoyance, banque céréalière)

Bénéficiers indirects: 174.000 personnes - toutes les populations des villages d’intervention impactées d’une façon ou d’une autre par les actions et investissements de type économique ou social ou qui bénéficient des retombées

Description du Projet
Le projet RESECAL ambitionnait de renforcer les capacités des populations des communes de l’arrondissement de Toubacouta, à promouvoir d’ici 2018, une sécurité alimentaire fondée sur la valorisation durable des ressources locales. Au cours de cette phase, beaucoup d’acquis ont été notés, à travers le renforcement des capacités techniques et productives des bénéficiaires, avec le renforcement des activités maraîchères, qui donnent un meilleur disponible et accès alimentaire, une restauration de la base des ressources végétales ou tout au moins une bonne organisation pour la restauration de ces dites ressources, la prise en charge des besoins des couches vulnérables, notamment des femmes et des jeunes, en termes d’accès aux investissements productifs et d’amélioration de leur situation socioéconomique et celle de leur famille.

L’auto évaluation faite avec les bénéficiaires, a confirmé de tels acquis, mais qui méritent d’être étendus à l’ensemble de la zone d’intervention et renforcés. En effet, le développement local, ne saurait se réduire à des changements notés sur une partie du territoire, pendant que dans l’autre partie, des problèmes aigus sont en train d’être vécus par les populations.

Il s’y ajoute qu’au cours de cette phase, des activités pilotes dans le domaine de l’alphabétisation et de la nutrition, ont été également menées, montrant une approche, qui pourrait aider les enfants et les femmes, à mieux se sortir de leur situation de vulnérabilité, liée surtout à la faible prise en charge de leurs besoins spécifiques. Ces activités, comme celles ayant donné des acquis probants, méritent d’être renforcées, au regard de la forte demande en appui, notée au niveau des différentes zones d’intervention, à travers les communes partenaires.

Résultats attendus et activités
Résultat 1: Les communautés ont renforcé leur autonomie dans la gestion des activités socioéconomiques et des structures
Renforcer des capacités techniques des collectivités locales, renforcer le dispositif organisationnel au sein des villages, tenir des réunions d’animation sensibilisation, renforcer les capacités techniques des organisations communautaires et de base, diffuser l’alphabétisation fonctionnelle selon la méthode Reflect

Résultat 2 : Les revenus monétaires et non monétaires, générés par les activités productives, améliorent la prise en charge des besoins alimentaires et sociaux des ménages
Mettre en place des périmètres maraîchers fonctionnels qui promeuvent le maraîchage organique, promouvoir l’apiculture, renforcer les activités de transformation horticoles, appuyer la création de micro entreprises et au développement du système coopératif

Résultat 3 : La couverture des besoins alimentaires et nutritionnels des ménages est améliorée de manière durable
Mettre en place des infrastructures de conservation et de stockage, mettre en place des dispositifs d’anticipation de la soudure alimentaire et de valorisation des céréales locales (warrantage, greniers de prévoyance etc.), renforcer la nutrition des enfants

Résultat 4 : Les populations ont mis en œuvre des actions de gestion durable des ressources naturelles et d’adaptation au changement climatique
Mettre en place des conventions locales de gestion des ressources naturelles, promouvoir l’énergie solaire pour l’exhaure et la transformation, appuyer les activités d’aménagements physiques et biologiques, mettre en œuvre des activités de formation, sensibilisation et d’information sur le changement climatique

Résultat 5 : Un cadre fonctionnel d’échanges et de partage des résultats du projet est mis en œuvre
Tenir des réunions de coordination du projet, tenir des ateliers de lancement, de planification et d’auto évaluation, assurer la gestion de l’information et la communication du projet, participer aux rencontres du programme H3000 et des partenaires, assurer le suivi évaluation, communication - capitalisation

ENDA Santé

WER WERLE – Santé – Biodiversité


Pays : Sénégal
Numéro du projet: P-19-907
Secteur: Développement Rural – Gestion de Ressources Naturelles
Code de CAD: 43040
Durée du projet: 01.01.2019 – 31.12.2022
Organisation partenaire: ENDA Santé
Couts du projet: 400.065 EUR
Coordination du Projet à Vienne: Jasmin Thomas
Coordination au bureau de HORIZONT3000 Dakar: Ismael Ndao
Financé par:

 

Organisation partenaire
Enda/Santé est une entité autonome d’ENDA Tiers monde en charge des programmes de Santé. Il a été créé en 1988 et collabore avec les ONG/OCB, les structures nationales et internationales. Les domaines d’intervention prioritaires d’ENDA Santé sont: le VIH/SIDA, la santé communautaire, le paludisme, la Nutrition, la culture, l’utilisation rationnelle et la bonne conservation des plantes médicinales, la promotion des bonnes pratiques de la médecine traditionnelle, les Droits humains, Genre et la santé, le renforcement des capacités et l’accompagnement des OCB (organisations communautaires de base), le plaidoyer pour une meilleure prise en charge des groupes vulnérables, la recherche et la capitalisation

Objectives du projet et groupes cibles
Le projet fait partie du Programme Senegal

Objectif général: Contribuer durablement à l’amélioration de la situation de sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages dans les régions de Kaolack, Kaffrine, Fatick, Tambacounda, Kolda et Thiès à l’horizon 2022

Objectif spécifique: Renforcer la résilience des ménages face aux problèmes de santé et d’environnement d’ici à 2022 dans les zones d’intervention

Bénéficiaires directs: 2.783 personnes dans les communes de Popenguine, Mbour, Somone et Joal – des femmes bénéficiaires des tables à Popenguine, Somone et Sindia, des GPF des 02 sites de production, des membres des 21 Greniers de l’enfant, des membres des 4 cercles RFLECT, des ménages bénéficiant des activités de gestion des ordures ménagères, des membres de l’association des relais de Popenguine et du Réseau des productrices

Bénéficiers indirects: 59.872 personnes dans les zones d’intervention d’ENDA Santé

Description du Projet
Au cours des dernières phases du programme, ENDA Santé a travaillé de manière intensive avec tous les partenaires locaux du programme du Sénégal et a transmis son expertise en matière de nutrition et de plantes médicinales. Le personnel d’ENDA Santé, en collaboration avec l’équipe du projet, a mis en place des jardins potagers pour les femmes et a lancé le Grenier de l’enfant (stratégies villageoises de lutte contre la malnutrition - organisation de repas collectifs, sensibilisation à la saine alimentation) Ainsi ils ont installé des jardins scolaires dans les écoles et ont sensibilisé les élèves et les élèves au VIH / sida et aux grossesses prématurées.

Dans cette phase, la première année devrait être utilisée pour consolider les connaissances des partenaires en matière d'alimentation saine, etc., et pour les aider à prendre le contrôle complet des jardins potagers, des jardins scolaires et du grenier de l'enfant. ENDA Santé se concentrera sur ses propres zones de projet dans le district de Mbour et son groupe cible direct qui est constitué à près de 90% de femmes. De plus, les experts de l'équipe seront disponibles pour les autres partenaires afin qu'ils puissent se tourner vers eux en matière de santé.

Dans son propre domaine d’intervention, ENDA Santé envisage d’étendre les tables de plantation à d’autres groupes de femmes. Certaines zones sont trop rocheuses pour cultiver des légumes et d’autre part, les femmes n’ont pas assez de terres disponibles partout. En outre, les comités Grenier de l’Enfant reçoivent non seulement une formation à la nutrition saine, mais également une formation à la transformation et au stockage ultérieur des produits riches en nutriments. En outre, ENDA Santé poursuit ses travaux sur le VIH / sida et les grossesses prématurées. Ce travail de sensibilisation est mené dans les écoles en collaboration avec le ministère de l'Éducation nationale et les services d'inspection des écoles.

Résultats attendus et activités
Résultat 1 : Les bonnes pratiques de gestion agricole et environnementale sont promues
Pour promouvoir une meilleure gestion de l’environnement et des ressources, le projet va renforcer les capacités des bénéficiaires sur l’agroécologie et la promotion des savoirs communautaires. Ces stratégies seront renforcées par la promotion de bonnes pratiques d’adaptation aux changements climatiques et la gestion des ordures ménagères; Ainsi dans les différents sites de production, des pratiques soucieuses d’un environnement sain seront promues

Résultat 2 : Les ménages ont adopté de meilleures pratiques alimentaires et nutritionnelles
Cet axe vise un changement de comportement des ménages dans leurs pratiques alimentaires et nutritionnelles par la production et valorisation des produits organiques, la mise en place des greniers de l’enfant et le renforcement des capacités des mères en nutrition

Résultat 3: Les jeunes et adolescents, adoptent des attitudes qui réduisent les comportements à risque (IST/VIH, grossesses précoces, et mariages précoces et enfin drogues)
Ce volet permet de sensibiliser les jeunes et adolescents, sur des thématiques de la santé sexuelle et reproductive, afin de réduire leur comportement à risque

Résultat 4 : Les capacités en leadership et management des femmes membres des CRAF sont améliorées
L’alphabétisation fonctionnelle permet d’accompagner et de soutenir les actions du projet. A cet effet, de nouvelles classes seront créées et appuyées.

Résultat 5 : Suivi/Evaluation- Capitalisation
Les activités du projet sont suivies, documentées et capitalisées

INTERPENC

RIP III – Renforcement Institutionnel de PENC


Pays : Sénégal
Numéro du projet: P-19-905
Secteur: Développement Rural – Gestion de Ressources Naturelles
Code de CAD: 43040
Durée du projet: 01.01.2019 – 31.12.2022
Organisation partenaire: INTERPENC
Couts du projet: 222.778 EUR
Coordination du Projet à Vienne: Jasmin Thomas
Coordination au bureau de HORIZONT3000 Dakar: Ismael Ndao
Financé par:

 

Organisation partenaire
INTERPENC est une organisation faîtière des organisations de la société civile (en particulier des paysans) de Kaolack et de Kaffrine, qui est soutenue par les soi-disant PENC et KEPPARS. Les représentants de l'organisation sont les présidents des associations des producteurs et agriculteurs de la société civile, dont l'un est élu président de l'organisation faîtière INTERPENC. Les KEPPAR sont des associations villageoises représentant les villageois, tandis que les PENC occupent une position supérieure dans la hiérarchie et organisent les Keppars en un organisme rural au niveau de la communauté. Cela crée une voix unifiée pour les habitants et les producteurs ruraux, par exemple lorsqu'il s'agit de sujets tels que les droits fonciers et autres. INTERPENC est issu des travaux de SYMBIOSE (une autre organisation partenaire d’HORIZONT3000) visant à renforcer et à organiser la société civile. Par conséquent, les deux organisations travaillent dans la même zone de projet (Kaolack et Kaffrine) et SYMBIOSE soutient toujours activement INTERPENC en matière de formation et d'organisation dans la nouvelle phase du projet 2019-2022.

Objectives du projet et groupes cibles
Le projet fait partie du Programme Senegal

Objectif général: Contribuer durablement à l’amélioration de la situation de sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages dans les régions de Kaolack, Kaffrine, Fatick, Tambacounda, Kolda et Thiès à l’horizon 2022

Objectif spécifique: Renforcer les capacités institutionnelles et de résilience des organes d’Interpenc à l’horizon 2022 dans les départements de Nioro, Kaffrine et Mbirkilane

Bénéficiaires directs: 8.875 personnes - en particulier les groupes de femmes qui cultivent et vendent l'hibiscus biologique, ainsi que les associations de groupes de la société civile au niveau villageois (KEPPAR) et au niveau communautaire (PENC)

Bénéficiers indirects: 71.000 personnes dans les 15 communes dans les districts Nioro du Rip, Kaffrine, Mbirkilane

Description du Projet
Dans le cadre de la mise en œuvre du programme, le partenaire Interpenc souhaite contribuer sur la résolution de l’insécurité alimentaire à travers la mise en œuvre du projet RIP III.

Ce dernier sera essentiellement centré sur la remobilisation et la fonctionnalité des organes de base de l’Interpenc afin que celle-ci puisse jouer un grand rôle sur les enjeux majeurs des deux régions. Et pour ce faire la fonctionnalité des instances de base, le renforcement des acteurs des Keppars, des Pencs et des aspects institutionnels seront dans les principales préoccupations que le projet RIP III mettra l’accent. En plus l’augmentation des revenus des femmes sera une préoccupation à travers la production et la transformation du bissap par les groupements de la fédération productrices de bissap.

Aussi l’environnement sera un axe de travail et va concerner des activités de petites envergures de DRS et reboisement. A cet effet le projet RIP III sera un moyen pour la mise en relief des préoccupations des acteurs des départements de Nioro et Kaffrine. Le projet RIP III sera aussi pour les bénéficiaires et pour le partenaire un moyen de consolider les acquis du renforcement de capacités des acteurs de l’organisation et même des bénéficiaires à travers les projets antérieurs.

La mise en œuvre de RIP III sera assurée par une équipe technique, des groupes d’animateurs dans les pencs et de la coordination des présidents des pencs. Le projet va s’articuler principalement sur la fonctionnalité des instances de base des pencs et de l’Interpenc, sur l’augmentation des revenus des ménages de façon durable, sur la gestion durable de l’environnement, sur la promotion des femmes, et sur la pratique de l’alphabétisation fonctionnelle.

Résultats attendus et activités
Résultat 1: Les instances de base des pencs et de l’Interpenc sont fonctionnelles.
Il sera question de repartir sur de nouvelles base de fonctionnement que l’organisation faitière mettrait en avant pour que le rayonnement se fait sentir jusqu’à la base à travers des keppars dynamiques et des délégués qui jouent pleinement leurs rôles. En outre, il sera question de réactualiser des cadres locaux pouvant réceptionner les actions et interventions des partenaires au développement. Toujours pour ce résultat, le renforcement des animateurs qui joueront un rôle majeur sur la mise en œuvre sera privilégié et permettra une bonne animation dans les instances. Il est aussi important de souligner que la redynamisation se fera en complément avec Symbiose qui prendrait en charge une partie du processus et Interpenc une autre partie.

Résultat 2: Les femmes sont promues dans les communautés
Pour ce résultat, il sera question d’appuyer les femmes membre de la coopérative qui sont dans les groupements de promotion féminine à travers la productrices de bissap et la consolidation des pépinières communautaires. Et cela par des renforcements de capacités et du matériel pour la production, la transformation et la commercialisation du bissap. En plus l’intégration et la participation de ces femmes dans le processus de lutte contre la malnutrition sera au cœur des actions. Il en est aussi l’amélioration de la participation des femmes dans les instances de décisions et bureaux des organisations communautaires.

Résultat 3 : L’environnement et le changement climatique sont intégrés dans les vécus des populations
Pour ce résultat, il sera question de mettre l’accent sur les plaidoyers, sur les aspects politiques concernant l’environnement et le changement climatique. Aussi d’une prise en compte de reboisement et de réalisations d’ouvrages de DRS et ceci à petits échelle. Il s’agira également de mettre en pratique les synergies et collaborations des acteurs pour faciliter les actions à faire sur ces domaines.

OFAD / Nafoore - Organisation de Formation et D’Appui au Développement

PIRSA II – Projet Intégré de Renforcement de la Résilience et de la Sécurité Alimentaire


Pays : Sénégal
Numéro du projet: P-19-909
Secteur: Développement Rural – Gestion de Ressources Naturelles
Code de CAD: 43040
Durée du projet: 01.01.2019 – 31.12.2022
Organisation partenaire: OFAD
Couts du projet: 257.505 EUR
Coordination du Projet à Vienne: Jasmin Thomas
Coordination au bureau de HORIZONT3000 Dakar: Ismael Ndao
Financé par:

 

Organisation partenaire
L'ONG OFAD/Nafoore est née d'une association de village fondée dans les années 1970 qui désiraient de se reconstruire en réappropriant leur territoire. OFAD a obtenu le statut de l’ONG en 1999 et travaille depuis pour un développement local et durable de la région. L'ancrage de l'ONG dans les collectivités et la confiance que lui témoignent les groupes cibles et les autorités locales sont donc élevés. Les groupes cibles de l'OFAD sont principalement les populations rurales de Kolda, Medina Yoro Foula, Kédougou et Tambacounda, ainsi que les femmes et les enfants en particulier. L'organisation est basée à Bagadadji, près de la ville de Kolda. OFAD travaille principalement dans les domaines des droits de l'enfant, de l'égalité des droits, de la lutte contre la violence, du développement rural (agriculture, environnement, entrepreneuriat, etc.), de l'alphabétisation, de la gouvernance locale et de l'éducation.

Objectives du projet et groupes cibles
Le projet fait partie du Programme Senegal

Objectif général: Contribuer durablement à l’amélioration de la situation de sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages dans les régions de Kaolack, Kaffrine, Fatick, Tambacounda, Kolda et Thiès à l’horizon 2022

Objectif spécifique: Améliorer durablement la situation de sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages dans l’arrondissement de Mampatim à l’horizon 2022

Bénéficiaires directs: Les principaux bénéficiaires du projet seront 3.000 ménages. Il s’agit de développer une approche ménage dont le chef de ménage (homme ou femme) est la cible directe pour le renforcement des exploitations familiales pour la production de céréales de consommation. Aussi, 1800 femmes des ménages cibles vont bénéficier des IVEC (Initiative Villageoise d’Epargne et de Crédit) parmi elles, 360 femmes vont bénéficier des unités de fabrication du savon et 500 pour les séances de bonnes pratiques nutritionnelles

Bénéficiers indirects: 30.000 personnes dans les 6 communes (Bagadadji, Dialambéré, Dabo, Coumbacara, Mampatim, Médina Chérif)

Description du Projet
Le Projet Intégré de Renforcement de la Résilience et de la Sécurité Alimentaire (PIRSA II), est la suite de la phase test en cours de réalisation dans la région de Kolda dont les évaluations en matière de mobilisation sociale sont concluantes. En effet, deux raisons justifient le projet:

Les populations du département de Kolda vivent une insécurité alimentaire évolutive depuis les 10 dernières années à cause des variations des précipitations et du déficit du conseil agricole. Cette situation est confirmée par les EDS 2016 et le SMART 2015 qui montrent toutes deux, un niveau d’insatisfaction alimentaire et nutritionnelle.
Le programme test était un test de marketing social d’un processus alternatif de sécurité alimentaire avec des schémas bien proposés par OFAD avec le soutien de HORIZONT3000. L’adhésion enregistrée auprès des communautés et des collectivités territoriales, a conduit à une conclusion qu’il faut aller vers une phase plus large et plus structurante pour aider les communautés à adresser les problèmes de revenus, de résilience, de sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Cette deuxième phase du projet (PIRSA II) va capitaliser les acquis de la première phase et agir sur quatre axes suivants en cohérence avec le Programme Sénégal de HORIZONT3000. Il s’agit des axes suivants :

- La diversification et l’augmentation des revenus des ménages
- Le renforcement des productions des exploitations familiales
- Le renforcement des capacités de résilience des communautés
- La promotion d’activités sensibles à la nutrition

Le PIRSA II va donc agir sur ces piliers pour aider les communautés notamment les ménages à améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle à travers des stratégies durables de résilience et de génération de revenus.

Résultats attendus et activités
Résultat 1: Les ménages ont augmenté leurs revenus de façon suffisante et durable
Réaliser une étude de référence transversale afin d’établir le profil de référence de chaque extrant, Structuration des femmes en IVEC (Initiative Villageoise d’Epargne et de Crédit) et assurer leur formation, Structuration et redynamisation des femmes en unités de transformation et de gestion de savon local, organisation des visites d’échanges, création des classes d’alphabétisation fonctionnelle au profit de femmes bénéficiaires des initiatives d’entreprenariat rural etc.

Résultat 2: Les exploitations familiales produisent suffisamment d’aliments de façon durable
Organisation des sessions de formation sur les itinéraires techniques de production améliorée au profit de producteurs relais, organiser des séances de sensibilisation sur la sécurité alimentaire et la résilience, diffuser des spots/émissions radiophoniques sur la sécurité alimentaire, la résilience et le changement climatique, appuyer des ménages à produire du mil Suna et du riz de plateau, appuyer la plantation d’anacardiers au profit des ménages, développer des activités de réduction des consommations en bois énergie par la formation et la dotation des ménages en foyers améliorés, organiser des sessions de formations des élus sur la planification sensible au climat etc.

Résultat 3 : Les ménages ont adopté de meilleures pratiques alimentaires et nutritionnelles
Appuyer des stratégies avancées des postes de santé en planification familiale, vaccination, statut nutritionnel mère-enfant et consultation prénatale, appuyer les postes de santé à effectuer des séances de démonstration d’alimentation nourrisson sain, appuyer les districts sanitaires et postes de santé à diffuser des émissions radiophoniques sur la santé de la mère et l’enfant avec un accent sur les bonnes pratiques nutritionnelles, produire des supports de communication sur les bonnes pratiques etc.

SYMBIOSE

PIDD II – Promotion de Développement Durable


Pays : Sénégal
Numéro du projet: P-19-902
Secteur: Développement Rural – Gestion de Ressources Naturelles
Code de CAD: 43040
Durée du projet: 01.01.2019 – 31.12.2022
Organisation partenaire: SYMBIOSE
Couts du projet: 540.028 EUR
Coordination du Projet à Vienne: Jasmin Thomas
Coordination au bureau de HORIZONT3000 Dakar: Ismael Ndao
Financé par:

 

Organisation partenaire
SYMBIOSE est une organisation d’appui au développement local composée de cadres sénégalais qui militent pour l’avènement de politiques qui consacrent la centralité des populations dans la définition et la mise en œuvre de leurs programmes et projets de développement. Elle dispose d’une équipe pluridisciplinaire (sociologue, andragogue, linguiste, technicien du développement rural et spécialiste en communication pour le développement) avertie des mécanismes de fonctionnement des formes d’organisation traditionnelle et actuelle des sociétés africaines. Elle est riche d’une vingtaine d’années de construction collective d’un développement à la mesure des aspirations des communautés de base dans leurs diversités. Elle appelle à une autre manière de penser et de réaliser le développement, en accompagnant le processus de création d’espaces de rencontre, de dialogue et de formulation de programmes et de projets. La mise en relation et le développement de partenariat entre différentes collectivités locales sénégalaises et africaines constituent un de ses principes majeurs d’actions. Enfin Symbiose appelle à des modes de gouvernance légitime qui parlent aux communautés de base. A cet effet, elle concoure à donner une grande lisibilité aux processus de décentralisation et de responsabilisation des communautés de base.

Objectives du projet et groupes cibles
Le projet fait partie du Programme Senegal

Objectif général: Contribuer durablement à l’amélioration de la situation de sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages dans les régions de Kaolack, Kaffrine, Fatick, Tambacounda, Kolda et Thiès à l’horizon 2022

Objectif spécifique: Les ménages dans les départements de Nioro du Rip, Kaffrine et Mbirkilane ont amélioré durablement leur situation alimentaire et nutritionnelle à l’horizon 2022

Bénéficiaires directs: 4.976 Ménages répartis comme suit : 736 Elus dont 332 femmes, 125 Producteurs semences riz, 4 GPF (groupement de promotion féminine), 430 Producteurs paddy dont 100 femmes, 1.618 Maraichers dont 1.036 femmes, 139 membres de l’INTERPENC dont 51 femmes, 710 Entrepreneurs dont 534 femmes, 630 membres des Conseils de quartier dont 500 femmes, 400 producteurs engagés pour la RNA, 188 femmes des cercles Reflect (alphabétisation fonctionnelle)

Bénéficiers indirects: 39.808 personnes dans les 16 communes dans les 3 départements – Nioro du Rip, Kaffrine et Mbirkilane

Description du Projet
La zone d'intervention de ce projet est le bassin arachidier au centre du Sénégal. La région tire son nom de décennies de monoculture d'arachides. La culture de l'arachide et la déforestation concomitante à grande échelle des terres agricoles ont sans aucun doute accéléré la dégradation des sols, ce qui a également entraîné la déforestation et l'érosion éolienne et hydrique. En raison de cette dégradation des sols, les rendements agricoles de ces terres arables diminuent d'année en année, car seuls quelques paysans ont la capacité de laisser leurs champs en jachère afin de favoriser la régénération des sols. SYMBIOSE encourage depuis des années la culture du riz et des légumes dans cette région, où l’arachide, le mil et le maïs sont traditionnellement cultivés.

Aujourd'hui, SYMBIOSE est l'un des experts nationaux en matière de production de riz par l'eau de pluie. SYMBIOSE utilise également d'autres initiatives pour renforcer sa résilience, telles que le renforcement des capacités de la société civile pour défendre ses droits, ainsi que l'apiculture et l'aviculture.

Dans la nouvelle phase du projet, l’amélioration durable de la production agricole reste un problème majeur. Cela se fait par un meilleur contrôle des facteurs de production, en particulier l'irrigation et la production des semences de riz et de légumes. Cependant, la focalisation des activités sur les principes agroécologiques est nouvelle ici. En outre, les producteurs devraient avoir un meilleur accès aux informations financières et climatiques sur leur autonomie (possibilités d'adaptation aux effets du changement climatique). Le lien entre l'alphabétisation fonctionnelle (en particulier pour les femmes) et l'entrepreneuriat rural et la promotion de bonnes habitudes alimentaires grâce à la création d'un répertoire et à la diffusion d'aliments à haute valeur nutritionnelle constituent d'autres approches nouvelles du projet. Le projet met également l'accent sur le renforcement d'INTERPENC, une organisation qui fédère et représente les organisations d'agriculteurs de la société civile.

Résultats attendus et activités
Résultat 1: Les productions rizicoles et horticoles sont durablement améliorées
Le but poursuivi dans ce résultat est d’améliorer durablement les productions agricoles à travers une plus grande maitrise des facteurs de production, notamment l’eau et les semences pour la riziculture et le maraichage. La démarche va consister à opérer un renforcement de capacité aux organisations de producteurs sur les techniques culturales, les bonnes pratiques tout en se fondant sur les principes de l’agroécologie.

Résultat 2: Les ménages ont augmenté leurs revenus de façon durable
Ce résultat vise principalement l’augmentation des revenus des ménages à travers le renforcement de la dynamique entrepreneuriale déjà enclenchée dans les projets ACORD2 et PIDD. Il s’agit d’une valorisation plus accentuée de l’approche Facilitation de l’innovation rurale mais aussi le recours à d’autres modules pour compléter le paquet à l’endroit des entrepreneurs. A l’endroit des femmes pour la plus part illettrées, la stratégie de l’alphabétisation fonctionnelle sera poursuivie avec la consolidation des anciens cercles et la promotion de trois nouveaux. La stratégie consistera à poursuivre l’accompagnement technique des microentreprises déjà mises en place mais aussi la promotion de deux plateformes multifonctionnelles pour la valorisation des céréales sèches par les groupements de femmes.

Résultat 3 : Les communautés ont augmenté leur résilience face à la dégradation de l’environnement et aux changements climatiques
Ce résultat est central dans le projet car il se situe au cœur de la stratégie avec comme enjeu majeur le repositionnement institutionnel des communautés dans la gestion des ressources naturelles et de l’environnement. Ce qui explique le focus mis sur le renforcement de la résilience des acteurs à travers des instruments et outils de gestion appropriés pour mieux cerner les enjeux climatiques et de développement local. Dans cette perspective, l’INTERPENC et les collectivités territoriales seront renforcés pour mieux jouer le rôle qui est attendu d’eux. La stratégie consistera à renforcer les leaders de l’Interpenc et l’équipe de projet pour qu’ils puissent faire le travail de terrain avec l’appui de Symbiose pour réorienter si nécessaire. Un atelier de réflexion stratégique sur les missions et orientations de l’Interpenc prévu dans le projet RIPIII va chapeauter toute la démarche d’accompagnement de ce dernier. L’équipe de projet du PIDDII va assurer le pilotage technique des réunions de planification trimestrielle durant une année avant de laisser la main à l’Interpenc tout en continuant à les appuyer.

Résultat 4: Les ménages ont adopté de meilleures pratiques alimentaires et nutritionnelles
Ce dernier résultat vise essentiellement le changement de comportements dans les pratiques alimentaires. Il s’adresse à la valorisation nutritionnelle dans l’alimentation à travers des actions de sensibilisation et de renforcement de capacités surtout pour les femmes dans les cercles d’alphabétisation afin de les pousser à bannir les mauvaises pratiques culinaires. Il sera procédé à la promotion de bonnes pratiques alimentaires à travers un répertoire des mets locaux nutritifs et d’aliments à haute valeurs nutritives.

Mitgliedsorganisationen